Du Jeudi 8 au Samedi 10 Septembre (à partir de ce soir donc), Festival de théatre de rue de Ramonville St Agne(31).

Le thème est : Machines à rêver.

Presque tous ces spectacles sont gratuits. Profitez-en !

Pour voir la programmation : ici

Ce qu’en dit le célèbre journal toulousain :

« Ramonville s'apprête à accueillir le week-end prochain près de 30 000 spectateurs en 3 jours, pour la 18e édition du Festival des arts de la rue, qui essaime cette année sur plusieurs communes du Sicoval. C'est d'ailleurs Baziège qui ouvre les festivités jeudi soir à 21h, avec «Alkimia 130» des Barcelonais de Nomadas, qui font des choses incroyables avec des vélos et du feu. Mais c'est dans le centre «piétonnisé» de Ramonville, autour de la place Jean-Jaurès et du centre culturel que se jouera le gros des spectacles, surla thématique prometteuse de «Machines à rêve», choisie par le directeur artistique Didier Kimoun. Les comédiens de rue sont en général des bricolos de génie, à l'instar de leurs aînés du Royal de Luxe. Il devrait donc y avoir pas mal de délire dans les rues durant ces trois jours. Avec pour tous les festivaliers la possibilité d'accéder au site en navettes depuis le centre de Toulouse et de se restaurer sur place, dans les bodegas installées sur le parcours. La plupart des spectacles sont en plein air et gratuits. Parmi les temps forts, «Transit» de la Cie Osmosis de Nancy, raconte le périple d'un clandestin afghan vers l'Angleterre. Le danseur Ali Salmi évolue sur un semi-remorque dans une scénographie monumentale (vendredi et samedi à 23h place du Canal). Le spectacle «Entre chien et loup»(à Labège vendredi et samedi 21h et 23h), couronné du prix du jury au festival de Cognac embarque les spectateurs dans une hallucinante remontée du temps avec douze installations sonores et plastiques, dont une 2CV à surprises. On peut citer aussi «Déambuloscopie», une parade dans la plus pure tradition du théâtre de rue à bord de véhicules loufoques qui fonctionnent à «l'énergie humaine». 26 compagnies, 15 dans le «off»... Le mieux est d'aller juger sur place en se laissant guider par sa curiosité. Il se passe tout le temps quelque chose, de jeudi 21h à samedi minuit. »