Je suis toujours par là… mais encore un peu trop silencieuse.

Une semaine de cours ! J’ai retrouvé “mes” secondes après 8 semaines d’intermède (6 semaines de stage, 2 de vacances) ; “mes” terminales, eux,  sont partis  (en stage, 6 semaines puis 2 semaines de vacances)…. Cool, non ?

Les élèves sont parfois étranges (surtout les “entrants” comme on dit…). Bien formatés par le collèges, ils aiment gratter du papier. Si dans une leçon on n’écrit pas sur le cahier, le titre en rouge, I, II, III… et si on n’écrit pas des tas de définitions (qui ne servent à rien à mon avis, l’essentiel étant de savoir les utiliser), ils ont l’impression qu’on n’a pas fait de cours.

Alors pour les rassurer (les parents aussi d’ailleurs), je joue au vieux prof et on remplit le cahier. J’alterne trace écrite au tableau (les titres, les mots compliqués, quelques schémas) et dictée…
Et je m’ennuie quand je dicte !!!! Personne n’en est au même endroit, je répète, je répète, je répète… Ils ont mal à la main, ils tirent la langue en s’appliquant, ils effacent, ils soulignent…
-Qu’est-ce qu’elle a dit ?
-Ça s’écrit comment ?
- Est ou et ?
….

Et puis il y a des début de phrases qui me font penser à d’autres phrases qui n’ont rien à voir avec les math ou la physique.
Mardi, on récapitule sur les fonctions…
-On dit que le nombre x….
-On dit que y=f(x)….

Et moi chaque fois que je commence une phrase par “on dit que”, j’ai envie de continuer par “j’ai de belles gambettes…”
Et je n’ai que ça dans la tête, envie de chanter, envie de rire,…
-Qu’est qu’elle a dit ?
Et en plus il faut que je répète !!!

Un jour je le ferai…